Rechercher

La cybersécurité : un argument de vente

Si vous avez déjà fait un pitch de vente au cours de votre carrière, vous savez que chaque mot compte. En 3 minutes, vous devez pouvoir convaincre votre client qu’il a absolument besoin de votre produit ou de votre service et, en ce moment, l’un des arguments en béton est sans nul doute la cybersécurité. La hausse des cyberattaques et les vols de données incitent les entreprises à investir dans la sécurité de leurs réseaux, non seulement par souci d’intégrité et de confidentialité, mais également pour assurer la confiance de leurs clients. C’est ce que Martin Maheux, fondateur de Vectac, a constaté lorsqu’il a présenté son produit à ses clients potentiels.


Lancée en 2019, Vectac est une plateforme qui permet aux professionnels de se connecter directement aux bases de données des fournisseurs afin de produire la documentation nécessaire à des fins comptables. Vous l’aurez compris, Vectac s’adresse d’abord aux cabinets comptables, soit des clients pour qui la sécurité des données est primordiale. Or, c’est justement l’un des sujets que Martin maîtrisait moins bien au moment de la conception de son produit. Formé en comptabilité, il avait les connaissances nécessaires dans ce domaine et il avait appris tous les langages de programmation utiles au développement de sa plateforme, mais il n’avait pas consacré autant de temps à la cybersécurité.


Un oubli vite rattrapé

Après avoir constaté cette faille, Martin a rapidement fait appel à quelques-uns de ses proches qui s’y connaissaient en sécurité informatique pour en apprendre les grandes lignes. Cette première intervention lui a permis de revoir son approche et de modifier certains éléments de sa plateforme pour les rendre plus sécuritaires. Il s’est ensuite tourné vers des experts en informatique, dont des programmeurs, pour faire valider son produit et il a profité de l’occasion pour leur demander s’il n’avait pas oublié quelque chose. « Après avoir conduit beaucoup d’entrevues avec des gens en informatique, je sais maintenant que j’ai une solution qui est vraiment béton que je peux présenter à n’importe qui et être capable de défendre mon point », dit Martin. Une fois les modifications validées, les oublis rattrapés, certains aspects améliorés — car Martin a profité de l’occasion pour rendre sa plateforme plus esthétique et conviviale — et son produit finalisé, il ne lui restait qu’une seule tâche à accomplir : revoir son pitch!


Pitch revu et amélioré

« [Avant] je présentais l’idée; les gens étaient vraiment emballés. Puis quand on entrait dans l’aspect sécurité, je passais le même temps — même un peu moins — et avec un peu de recul, je réalise que les gens ne se sentaient vraiment pas à l’aise avec tout ça. Donc, maintenant, ce que je fais, c’est que je présente l’idée et, tout de suite après, je mets l’accent sur la sécurité et je détaille un petit peu tous les points que je connais qui sont adaptés à Vectac. […] Avec cette approche-là, je vois vraiment que les gens sont beaucoup plus à l’aise », explique Martin.


En intégrant l’enjeu de la cybersécurité dans son pitch, Martin rassure ses clients quant à la sécurité et à l’efficacité de sa plateforme. Il leur présente des solutions avant même qu’ils n’aient le temps de lui parler de leurs craintes. Martin montre ainsi qu’il a une réponse à toutes leurs questions — ou presque — afin qu’ils soient à l’aise d’acheter son produit.


Comme quoi savoir adapter son pitch aux besoins de ses clients est primordial lorsque vient le temps de vendre son produit!


Le client d’abord

En 2019, Martin a participé à notre programme Élan alors que Vectac en était encore à ses débuts. Nous lui avions alors demandé quels conseils il aurait aimé avoir quand il a commencé son parcours entrepreneurial. Voici ce qu’il nous avait répondu : « Peu importe le marché dans lequel on se trouve, on doit toujours s’assurer de bien comprendre les besoins des utilisateurs et orienter le développement en conséquence. De cette façon, on peut s’assurer de générer des revenus nécessaires à la continuité de l’entreprise. »


C’est peu dire que ça nous fait chaud au cœur de voir qu’il applique ce conseil et de constater tout le progrès qu’il a accompli en deux ans!


Ne manquez pas de consulter notre article de blogue sur l’expérience de Martin en tant que participant du programme Élan pour faire un retour dans le temps ou visitez Vectac.com (en anglais seulement) pour en apprendre davantage sur l’entreprise. Et si vous aussi souhaitez participer à nos programmes d’incubation, visitez notre site Web ou contactez-nous!