Rechercher

Être entrepreneur, une question de risque et de responsabilités

Mis à jour : mars 24

Pour David Long, l’expression « on n’est jamais mieux servi que par soi-même » ne pourrait être plus vraie. Fondateur et directeur général de SageTea Software Inc., David a réinventé la programmation en 2007 alors que personne ne croyait vraiment en son projet.

David avait alors l’idée de créer un langage informatique permettant de programmer en anglais. Il n’était pas le premier à nourrir l’idée, mais son approche et sa détermination lui ont permis de réussir là où les autres avaient échoué. C’est en se basant sur le principe voulant que tout problème de logique puisse être résolu avec un niveau d’abstraction suffisant qu’il a pu déterminer les sept éléments de base du langage de programmation SAGETEA : état, activité, groupe, élément, transition, événement et action (en anglais, State-Activity-Group-Element-Transition-Event-Action). C’est ainsi que David a créé Text-to-Software®, une plateforme de développement de logiciels qui traite le langage naturel pour créer des applications.


S’il a surmonté son défi de programmation, David en a rencontré un nouveau lorsqu’est venu le temps de prédire les revenus futurs de son entreprise pour mobiliser des fonds.


Un nouveau défi


David a fait appel à plusieurs directeurs financiers pour prédire les revenus de SageTea Software, mais la tâche s’est avérée difficile puisque cette dernière est une entreprise privée et que son chiffre d'affaires est inférieur à 3 M$. Faute de résultats concluants, il a décidé de se relever les manches et de réaliser lui-même son évaluation.


Pour ce faire, il a consulté son comptable et des conseillers financiers pour mieux connaître le processus d’évaluation. L’une des méthodes conseillées, l’actualisation des flux de trésorerie, a retenu son attention. Grâce à ses connaissances en mathématiques et avec un petit coup de pouce de Google, David a trouvé et utilisé la formule de cette méthode et il l’a combinée à la valeur moyenne des investissements et des revenus réalisés pour évaluer son entreprise.


Il a donc une fois de plus étudié le problème en profondeur pour trouver une solution qu’il a mise en place grâce à ses connaissances avant de la faire valider par des professionnels.


Savoir prendre ses responsabilités


« Le problème c’est le risque. Qui prend ici tous les risques de faire une déclaration financière? En fin de compte, ce n’est pas une question de chiffres dans un tableur, mais de qui en est responsable. Quand vient le temps de passer un marché, la vérité c’est que c’est moi qui suis responsable parce que c’est mon entreprise », dit David.


Cette mentalité de vouloir assumer le risque et la responsabilité ne lui est pas venue en un jour. C’est après des années et beaucoup d’argent dépensé auprès de directeurs financiers qu’il est venu à la conclusion que parfois, il est préférable de faire le travail soi-même.


« Je pense que la leçon à tirer pour les propriétaires d’entreprise est de connaître leurs chiffres. Vous devez savoir exactement ce que vous dépensez, vous devez connaître votre masse salariale, chaque petit détail. Je peux vous donner mon évaluation et vous dire comment j’y suis arrivé. Quand vous faites ça, vous êtes indépendant et vos comptables et les gens des finances sont là pour répondre à vos questions », ajoute-t-il.

Et David applique ce principe partout, même avec ses employés. S’il pense que le travail n’avance pas assez rapidement, il met de la musique et fait de la programmation pendant quelques jours.


David croit fermement qu’un propriétaire doit être capable d’intervenir dans les activités de son entreprise quand le besoin s’en fait sentir. « Si vous dirigez une entreprise qui implique de la programmation, vous devez savoir comment programmer. Ça ne veut pas dire que c’est ce que vous faites, mais tout le monde doit savoir que vous pouvez intervenir si vous le devez. »


Pour en apprendre davantage sur David Long et son entreprise, visitez sageteasoftware.com (anglais seulement) ou suivez-les sur les réseaux sociaux!